top of page

L'amour de soi

Dernière mise à jour : 14 août 2023


L'amour de soi est un chemin


Avez-vous le sentiment de ne pas être aimé comme vous le souhaiteriez ? Ressentez-vous de la peur à exprimer vos opinions, à dévoiler vos idées ? Vous sentez-vous souvent rejeté ? Avez-vous peur du jugement des autres ? Craignez-vous que l'on ne vous aime pas ? Avez-vous peur du conflit ?

Tous ces sentiments sont en lien avec une blessure profonde, celle d'avoir perdu l'amour de vous-même. Et en même temps, d'avoir perdu la confiance en vos propres jugements, vos capacités, vos idées, vos actions.

Cette peur d'être jugée ou rejetée exprime que vous rejetez un ou des aspects de vous-même et que vous le ou les jugez. En rejetant votre être profond, vous sacrifiez votre spontanéité et votre liberté intérieure pour la sécurité. Vous avez absolument besoin d 'être accepté et en même temps, vous attirez le rejet par vos peurs.


Comment vous libérer de ces blessures ?

En assumant vos émotions, en les reconnaissant. Pourquoi les émotions font peur ? Parce qu'elles n'ont pas été exprimées et qu'elles ont pris une place importante en vous, elles pèsent de plus en plus lourd et vous coupent d'une partie de vous-même.

Ces émotions peuvent être la colère, la peur, la culpabilité ou la tristesse, elles sont toutes rattachées à une blessure, souvent liée à l'enfance ou à des traumatismes vécus dans cette vie et dans d'autres.

Nous avons tous un enfant intérieur qui a besoin d'être entendu, reconnu, guéri, pour aller vers l'amour de soi. A tout âge, la réconciliation avec les parties de nous-mêmes est d'une grande importance pour vivre mieux, améliorer les relations avec les autres, aller vers notre lumière et partir en paix.


Le danger : le ressassement

Notre mental, cherchant à nous protéger, a créé en nous un état de victime. Le responsable, c'est l'autre, c'est la vie, c'est pas de chance, etc. Alors, toutes les occasions sont bonnes pour en ajouter, pour renforcer ce sentiment d'être mal aimé, d'être rejeté, de n'être bon à rien, de vouloir mourir. Et ainsi, la blessure est amplifiée, souvent par la création de nouvelles peurs, de dangers imaginaires, de faux sentiments.

En vous accrochant à ces pensées négatives, ces jugements destructeurs, en ayant peur des charges émotionnelles présentes, vous voyez les défis que la vie vous présente comme des difficultés nouvelles au lieu d'opportunités pour évoluer sur votre chemin de l'amour de vous-même.

Et là où la difficulté pourrait durer quelques jours, parfois quelques heures, vous la nourrissez, vous la ressassez en pensées et en paroles, vous vous y accrochez. Et là où le défi aurait pu durer 2 jours, il dure 2 mois, parfois 2 ans, parfois toute une vie.


Comment éviter le ressassement ?

Remerciez la vie pour ce qu'elle vous apporte comme expérience, l'occasion de voir en face ces sentiments, ces émotions pour vous libérer des blessures sous-jacentes. Les reconnaitre, les transformer et lâcher prise, accepter le temps de guérison, sans ajouter davantage de difficulté par des propos, des peurs, des émotions supplémentaires.


Prenez votre part de responsabilité dans votre vie, c'est vous qui cheminez, les autres vous aident à traverser.


Si vous ressentez une profonde colère, quelles sont les blessures derrière ? La honte ? La peur ? Vous pouvez avoir la sensation que vous avez commis dans cette vie ou une autre, des actes que vous jugez terribles, qui n'ont pas été réparés, que vous pensez être irréparables. Et pourtant... le Pardon sincère, pour soi, à l'autre, est une des clés de la guérison. Et même si vous avez servi l'ombre (et tout le monde l'a fait dans ses différentes vies, pour que notre âme expérimente tous les états d'âme) , maintenant vous servez la lumière et vous êtes lumière.

Vous pouvez avoir peur de votre puissance, des dégâts qu'elle peut causer, cela crée de la colère. Et si vous gardez cette blessure en vous, vous cadenassez votre colère et par la même, votre puissance.


Comment guérir ?

Etre à l'écoute de ses émotions en les reconnaissant, cela peut être à travers l'écriture, à l'aide de thérapeutes, de lectures appropriées, de méditations profondes, de rêves...

En ayant reconnu et accueilli votre émotion, vous touchez la blessure qui l'a générée, ce qui peut créer une émotion nouvelle. Il n'y a pas d'autre solution que de la vivre, la traverser. Il y a des méthodes et des outils pour aller mieux, des guérisseurs qui peuvent aider grandement à la guérison, mais rien ne sera vraiment résolu si vous ne choisissez pas de rencontrer votre blessure, d'entendre votre enfant intérieur qui a été malmené.


Comment aider votre enfant intérieur ?

Vous pouvez contacter quotidiennement la petite fille ou le petit garçon qui est en vous et le voir devenir femme ou homme, comme un bourgeon devient fleur et la chenille papillon. Vous pouvez créer des moments de réconciliation, des retrouvailles, des instants où vous l'écoutez crier sa détresse, vous la reconnaissez et lui permettez de grandir, de ne pas rester sur cette blessure vécue. Cela peut se vivre sans mentaliser, juste dans les ressentis, sans jugement, laissez faire votre être divin, appelez le à l'aide.


Les pièges à éviter

Avoir besoin de contrôler : si vous voulez contrôler quelqu'un, c'est que vous avez un sentiment de dépendance par rapport à lui et que vous en avez peur.

Agir en tant que "sauveur" : si vous avez tendance à prendre les émotions des autres pour vous, si vous prenez la responsabilité d'émotions qui ne vous appartiennent pas, vous évitez de reconnaître et d'assumer vos propres émotions. C'est une fuite.


Comment retrouver la confiance ?

En vous apportant de l'amour, sans jugement, sans attente extérieure, en étant persuadé de votre valeur, sans avoir besoin d'une reconnaissance des autres. En vous regardant tous les jours devant une glace et vous disant : je m'aime.

Demander l'accord des autres est leur donner votre pouvoir. Vous pouvez demandez conseil, partager une décision si les avis divergent, attendre que vous soyez bien certain que c'est la bonne, que vous ne soyez plus dans l'émotion...Vous pouvez aussi accepter l'opinion de l'autre, en toute conscience. La vraie liberté de l'âme est celle qui agit selon son coeur, quel que soient les avis extérieurs, en en accord avec l'amour.


Jacqueline Maillé







85 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page